mardi 18 mars 2014

Un An. Mais Dix aussi.

Bonjour :)



Cet article arrive certes le même jour que celui de Decay mais voilà c'est comme cela, les dates on ne les choisis pas. Je te préviens, ça va parler amour, ça va être gnangnan et guimauve. Et c'est long. Très long. Voilà, tu sais.

De quoi suis-je en train de parler?

Hier on était le 16 mars 2014. Et le 16 mars 2013 je me suis mariée (pour le meilleur et pour le pire).
Un an c'est écoulé et je n'ai rien vu passer. J'ai l'impression encore que hier, je portais cette superbe robe, que je disais "oui" devant M Le bourgmestre et que ma mère et la BM vidaient un semi remorque de Clenex. 

C'est également le 18 aout 2004 que je me suis mise une première fois avec lui... C'était il y a dix ans
Le seconde fois c'était il y a huit ans, le 13 mai 2006... 
Puis en s'est fiancé l'année suivante , le 24 décembre 2007
Le 16 aout 2010 on à emménagé ensemble... Il y a quatre an de cela.

Toutes ses dates me paraissent lointaine et proche à la fois.

Alors dans cet article j'ai un peu envie de te parler de lui, de moi, de nous.

Luc c'est à la base mon ami d'enfance. Sauf qu'on se côtoyaient pas super souvent.  Puis un jour, j'ai eu la bonne idée de déménager...à 100 mètres de mon ancienne maison (d'ailleurs...ça fait onze ans !)
Cette année là, j'étais tout le temps en noir (j'ai toujours aimé cette non couleur), j'avais les cheveux naturel et au bol. Ma confiance en moi ne valais pas tripette. J'ai été à la fête de mon quartier et on s'est bêtement revu. J'adorais les mangas, lui aussi, on a commencer à sympathisé grâce à ça.

Je me rappelle très bien du premier patin qu'il m'a roulé: pas un p'tit kiss, non un vrai avec la langue et tout. Moi qui était vraiment très fleur bleue et naïve ça m'avait un peu choqué. Aujourd’hui j'y repense avec un grand sourire.

Quand on s'est mis ensemble la première fois, j'avais 17 ans, lui en avait 18. On n'est resté que trois mois. Je manquais d'expériences, j’étais vraiment immature. Lui avait ses problèmes. 

On est resté bon ami. Parce que si je n'avais pas encore trouvé l'homme de ma vie, j'avais trouvé là mon meilleur ami, mon confident. Çà fait souvent marrer les gens quand tu entends : "On reste ami?" On dit toujours que ça ne fonctionne pas, qu'on ne reste pas ami. nous on l'a fait. Pourtant j'ai été une vraie garce avec lui. Encore maintenant, je m'en veux. Quand je relis ce que le lui ai écrit (vive les archives msn!) j'ai envie de pouvoir revenir en arrière et me foutre pléthores de baffes.

A ce moment là, j'avais aussi une forme de vie sociale aussi épanouie qu'en ce moment avec les rénovations. J'étais en train de travailler dur comme fer pour devenir institutrice maternelle. Combien de soir n'est-il pas venu m'aider à faire mes bricolage, peindre, relire mes cours pour traquer les fautes et mauvaise tournure de style... Cela à durer deux ans.

Oui j'ai fais poireauté cet homme formidable pendant deux ans. Encore maintenant, je me dis que j'ai été une véritable conne. Puis un jour j'ai eu une révélation... j'étais encore amoureuse de lui. En fait je n'avais cesser d'être amoureuse. Pourtant ses deux ans n'ont pas été inutiles: on a appris à se connaître, je l'ai aider à résoudre ses problèmes et lui les miens. On a évoluer ensemble.

Je me rappelle encore la réaction de ma mère: "M'enfin t'aurai pas pu trouvé un autre moment qu'avant tes examens pour te remettre avec?" Ben non maman, désolée, l'amour ça ne se commande pas. J'ai pas réussi mais j'ai gardé cet homme.

Ma première fois je l'ai eu avec lui. Il est mon premier et unique amant. Il était parti travaillé un mois en Suisse, en me chipant définitivement mon cœur. Ses parents sont partit en Week end et je suis partie avec eux. J'ai découvert les amis suisses. 

Quand je raconte ma première fois, je ne sais pas pourquoi, ça fait marrer tout le monde. (enfin si je sais). On l'ai fait dans la baignoire. Pas de tâches bizarre dans le lit ;) "Clever" me disent d'autre. J'en garde un très bon souvenir. C'était ma première fois, entre les deux moments où on avait été amis, j'ai subis des attouchements et j'ai failli passé à la casserole. J'étais très farouche envers les hommes. Cette première fois, je la redoutais.  Pourtant , elle s'est vraiment bien passée. Pas de douleurs, pas de souffrances... Mais un bon départ. On était pas très doués, on ne connaissait pas bien nos corps. Maintenant on en rit, on en reparle avec tendresse. J'avais 19 ans. J'ai préféré attendre la bonne personne. Et je me dit que j'avais eu raison.

Ce week-end là, je n'ai pas beaucoup dormi. J'ai profiter d'être avec lui. D'ailleurs j'avais oublier ma chemise de nuit, même que j'avais pas fait exprès. De toutes manières elle n'aurait pas servi.

Je suis retournée en Belgique...et s'il me restait un tans soi peu de myocarde, il avait gardé le reste.


On a eu des hauts, on a eut des bas, des très hauts et des très très bas. 

Peu de personne le savent mais Luc m'a trompée avec une autre fille. Je sais que c'était un enchaînement de circonstances particulières et je sais que, comme moi, il n'avait pas connu beaucoup d'autres relations. (Voire même très peu!) Je n'ai pas hurler, je n'ai pas piquer de crise en le quittant sur le champs. Je lui ai demandé si j'y était pour quelques choses, s'il ressentait un manque avec moi, si on le faisait pas assez à son goût ou si on manquait d'imagination. Je n'oublie jamais que dans un couple, les tords sont partagés. C'est juste que la demoiselle était jolie et que voilà la tentation était là.

A ce stades les gens me traitent de conne, de faible... Je lui ai pardonné. au fond, il n'était qu'un nom de plus sur une longuissime liste. Et puis, il a appris des trucs et moi aussi du coup. Je ne pense avoir été ni conne, ni faible. J'ai voulu privilégié le dialogue et comprendre...   Je me suis rendue compte que j'avais plus à perdre qu'à gagné. Je n'ai jamais regretté la manière dont j'ai agis. Je sais que j'ai bien agit.Et tant pis ce qu'en pense les autres. (qui d'ailleurs n'ont même pas envie de comprendre mon choix...) (Et pour ceux que ça intéresse, il n'a pas recommencé)

Peu de gens le savent aussi, mais il n'y a pas longtemps; il m'a confessé qu'il aimait une autre personne. C'était il y a deux ans. Alors je lui ai demandé si, de nouveau, il ressentait un manque ou quelques choses. Il m’aimait toujours autant. Comme si son amour avait doublé. Je voyais mon homme heureux (et torturé) Plutôt que de lui craché à la gueule, j'ai décidé de le soutenir. Certains disent que c'est de la bêtise pure. Moi j'appelle ça un amour indéfectible. Je n'ai souffert d'aucun manque d'amour ou d'attention. Je crois que cette personne ne s'en est même pas rendue compte. Certes ce n'est pas toujours simple ou drôle. Je voyait mon homme tantôt triste, tantôt heureux. Je m'efforçais de lui donner soutient et aide comme je le pouvais. Je sais qu'il ressent toujours une profonde affection pour cette personne qui depuis, a trouvé quelqu'un pour l'accompagner dans la vie. Je sais que je ne changerai pas les sentiments qu'il à pour elle. Alors je préfère les accepter.

D'ailleurs, c'est pour ça que je comprend la relation en triangle de Nanaïs. Même si j'ai vécu l'inverse. Et c'est pourquoi je ne me permet pas de juger. Juste de lui envoyer mon soutient.

Je ne suis toujours pas douée en cuisine, en ménage, je suis toujours bordélique. Il est bordélique aussi, à des sautes d'humeurs et est parfois très gamin. IL aime son pc autant que moi.

Mais on s'aime.

On a aussi un très belle complicité. on se marre pour des conneries, je me moque de ses cheveux blancs, il se fout de mes rides, on aime les mêmes choses, on a des débats passionnés. Et l'art du compromis.

Pourquoi est-ce que je te raconte tout ça? Sur moi, sur lui, sur nous?

Parce que depuis le début, cet homme, je l'ai dans la peau. Depuis le début je sais qu'il sera le père de mes enfants. Depuis le début, je redoute un accident mortel ou simplement la vieillesse qui nous séparera. On a vécu des tas de choses. On a essayer d'être ensemble mais cela à échoué une fois.  On a recommencé. Il m'a trompée, à été amoureux d'une autre nana. Je me suis battue pour lui, avec lui et même parfois contre lui.  On s'est donné et se donne et j'espère qu'on continuera de se donner les moyen de réussir notre couple.

Et je suis mariée avec lui. Pas parce que je suis une grosse idiote qui accepte tout. Juste parce que je l'aime. Un véritable amour inconditionnel.

Alors, l'amour qui dure trois ans...C'est des foutaises. C'est comme la flamme d'une bougie, cela s'entretient.

Ce jour-là restera gravé dans ma mémoire. 





Luc je t'aime, tu le sais, je le sais. Mais je te le dis encore: JE T'AIME. Pas d'un amour factice, mais d'un vrai, un beau, un pure. J'ai hâte d'être maman pour voir cette facette de toi que je ne connais pas encore: le papa.

(Je corrigerai les fautes demain mais là faut vraiment que j'aille bosser!)(Ckeck ;) )

12 commentaires:

  1. Je dois avour qu'en lisant, il m'a trompée, la tentation toussa, j'ai été sceptique. Car pour moi la notion d'amour c'est ne pas être bêtement victime de pulsions aussi primitives. Mais voila, l'amour le vrai, c'est aimer une personne, PAS un idéal. Et je crois que tu es la parfaite incarnation de l'amoureuse. Tu te BAT pour la personne que tu aimes. tu emmerdes les "conventions" et les "clichés" qui voudraient tu hurle et quitte ce "salopard", tu as RESSENTI que cet homme n'était pas le stéréotype dépeint par la société. Un être humain est imparfait, il fallit, il se trompe, il doute, il est humain. Ce n'est pas être con que de croire en l'amour. Je trouve cette histoire assez belle, tu n'as pas eu peur de passer au dessus des "on-dit", tu as eu foi en cette histoire. Et si plus de gens avaient ton courage, beaucoup d'histoires ne se termineraient dévorés par l'orgueil et la vanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, il ne me l'a pas dit en étant fière de lui. S'il avait pu avoir une bêche et creuser sa propre tombe avec une épitaphe du style " Ci git Luc le con qui à ôsé trompé Cari"...il l'aurait fait. C'est son attitude qui m'a fait réagir comme ça... Dans son esprit, il était déjà persuadé que tout était fini.

      Les clichés, les conventions et les on dit j'aime pas ça ;) Et tu as raison pour la dernière ligne. Merci pour le com', je suis toute "gnniiii" ^^

      Supprimer
  2. Mouaaah c'est si beau. (Ah et sinon : j'approuve totalement ton choix par rapport à quand ton homme t'as trompée...si il n'a pas recommencé et que vous êtes heureux ensemble, c'est bien que tu avais plus à en gagner qu'à perdre. Et c'est au prix du pardon qu'un couple tient de toute façon, on fait forcément des erreurs au cours d'une vie...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi toute "gniiii" en lisant ce que tu a laissé ^^ Contente de voir que des gens comprennent mon raisonnement.

      Supprimer
  3. Je sais pas pourquoi, quand tu as parlé du problème avec l'autre fille, je me suis mise à chialer toute seule devant mon ordi. Je suis toute paumée, tu sais, alors voir ton petit mot pour moi, tout gentil, casé dans ton article, ça m'a fait chaud au coeur et j'arrive pas à m'arrêter de pleurer. Le soutien est ce qu'il me manque cruellement dans l'histoire et toi, tu m'en donnes et ça me touche tellement ! Je suis désolée, je ramène tout à moi, mais je suis émue brutalement, je suis désolée c'est pathétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben heu je voulais pas te faire pleurer moi! :( Et faut pas t'excuser je t'en veux pas "parce que tu ramenè tout à toi" J'ai vécu une situation similaire tandis que toi, tu es en plein dedans.Et tu n'es PAS pathétique. Parce que c'est tellement plus facile pour les gens de te juger et de te démolir que de t'aider et te te soutenir. Et franchement si je pouvais faire une banderole: "Je soutiens Decay" je ne me gênerai pas. D'ailleurs je crois que je vais le faire.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. oui , je n'ai pas vu le temps passé ;)

      Supprimer
  5. je peux comprendre aussi tout ce que tu écris, c'est ce que je vis avec mon homme ... même si on est séparés aussi pour le moment ... j'espère que notre histoire trouvera une fin heureuse
    gros bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'espère réellement de tout coeur et croise les doigts pour toi, je fais des nœuds avec mes phalanges en priant très très fort. Milles bisous et, n'oublie pas, je suis là.

      Supprimer
  6. Cette histoire me touche vraiment, et la fin ... \*o*/

    J'ai vécu sensiblement la même histoire. J'ai rencontré mon copain quand j'avais 14 ans, il en avait 17. J'ai eut ma première fois avec lui (j'étais très jeune, mais d'un côté c'était pour combler l'absence de mon père qui en fait était là mais ne s'occupait pas de moi... enfin ça c'est une autre histoire).
    Il m'a trompé quand j'avais 15 ans et sensible et amoureuse comme je l'étais je l'ai très mal vécu. Des nuits à pleurer seule dans ma chambre, des crises de colère...
    Le lendemain, il m'a appelé jusqu'à ce que je décroche, me disant combien il regrettait de m'avoir fait souffrir et combien il m'aimait. Il me disais qu'il avait préféré me le dire au risque de me perdre plutôt que d'avoir ça sur la conscience sans que je ne me doute de rien.
    J'ai accepté de me remettre avec lui, j'ai mis plus d'un an a le pardonner et il a été patient.

    Aujourd'hui j'ai 19 ans et lui en a 22. Cela fait 5 ans que nous sommes ensembles et je ne regrette pas de lui avoir pardonné ! Il me dit souvent qu'il veux que l'on vive ensemble, qu'il m'aime, qu'il veux faire sa vie avec moi ...

    Quand je disais autour de moi que je lui avait pardonné tout comme toi on m'a traité dé faible, de conne ... Mais grâce à l'amour que j'ai pour lui j'ai vaincu ces clichés et je suis contente de voir que je ne suis pas la seule !

    Voilà, j'ai fini mon petit roman mais j'ai tenu à partager mon expérience avec toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Lady Nemesis ^^ Ca fait toujours du bien de se sentir comprise. Je crois aussi que c'est un peu le soucis actuel: on se focalise sur l'acte et on n'essaye plus de voir plus loin où d'essayer de reconstruire. Et on s'étonne du nombre de divorces XD

      Supprimer

Laisse moi une petite bafouille, j'y répondrais.